Les personnages et les situations présentés dans ce blog étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Voilà pourquoi il y a des enfants


"L'envol" est une peinture numérique réalisée avec des personnages de DAZ Studio profondément retravaillés avec Gimp. Elle illustre un poème "Voilà pourquoi il y a des enfants" composé pour les 20 ans de Juna.

"Une chose que savent peu de gens,
c'est un secret évidemment,
en fait, s'il y a des enfants
c'est pour construire les parents,


Envoûté

C'est la première fois que je "dessine" Shana et Cian en même temps. C'est l'instant crucial où Shana envoûte Cian malgré elle.


Cian - étude n°1

Ça faisait un sacré bout de temps que je n'arrivais plus à avancer et voilà que l'envie est revenue grâce à l'énergie positive que certaines personnes savent et acceptent de me donner et sans laquelle je sais maintenant que "Le Monde selon Cian" n'existera pas. Tout s'éclaire à nouveau.

L'artiste

L'artiste perçoit le monde comme une réalité tranchante, une lumière crue qui le blesse ou l'enchante et qu'il restitue à travers le prisme de son cœur.

Le Monde d'Oceliann en entier

Le Monde d'Oceliann est une nouvelle à lire ici, illustrée par cette peinture numérique qui présente 2 parties principales, à gauche le jardin, à droite l'intérieur de la maison.


Le Monde d'Oceliann 2/2

Elle s'ouvre brusquement sur un trou gigantesque et noir qui avale ma vision et réveille ma peur. Le gouffre que je ne sais pas fuir m'attend là, il est juste en face de moi. Il m'appelle, il me veut. Je reste figé quelques fractions de seconde, une éternité. Ce n'est bien sûr que le contraste entre la vive clarté du dehors et l'obscurité de l'intérieur qui m'empêche d'y voir. Encore un grand écart difficile à gérer...

Le Monde d'Oceliann 1/2

Tous les jeudis je me rends dans le monde d'Oceliann. Pour y pénétrer je dois suivre un parcours, quelque chose d'un peu particulier et mystérieux, parfois dangereux, presque initiatique.

D'abord je dois sonner. Par expérience je sais ce que ce geste anodin va provoquer. A l'intérieur, un bruit électrique et affreux, une vrille tympanique, va tétaniser la personne qui me précède et la ferait grincer des dents si mon intrusion acoustique n'était adoucie par la maîtresse du lieu qui va s'excuser gentiment et se lever pour appuyer sur un bouton et libérer l'accès à distance.

Soleil noir - La défaillance

Il y a un an en mai
Eridan tombait
et sans fin depuis
je tombe avec lui.

Incroyablement
Eridan est vivant...
A l'un la chance,
à l'autre la défaillance.

Depuis mon soleil est noir
comme le désespoir,
et tout aussi froid
le vide en moi.

Cian - Le Monde selon Cian



Le sourire assassiné


Elle est filmée parmi d'autres enfants réfugiés, elle, la petite fille au grand sourire. Quand l'homme avec un micro lui demande son nom elle répond qu'elle ne sait pas. Il suppose que c'est parce qu'elle est traumatisée, c'est normal c'est la guerre. En réalité son père lui a répété plusieurs fois, ne dis ton nom à personne, si tu dis ton nom on saura d'où tu viens, ça peut être très dangereux. Si elle dit son nom la petite fille au grand sourire peut mourir, elle ne comprend pas bien pourquoi. Elle ne veut pas mourir, enfin elle a peur d'avoir mal. Alors quand l'homme au micro lui demande son nom elle répond qu'elle ne sait pas, en le regardant droit dans les yeux, avec son grand sourire.

Attendre



Je suis pris dans l'univers gris.
Mes fières amies ne viendront pas,
c'était un rêve, une utopie.
Je dois attendre là.

Rien ne peut émouvoir ma vie.
Mes fières amies ne sont pas là,
c'était un rêve, une folie.
Je vois un soleil sans éclat.

Je ne ressens aucune envie.
Mes fières amies n'existent pas,
c'était un rêve, une maladie.
J'attends la nuit, la voilà.

Tu as rendez-vous avec un nuage

Ce matin en longeant la plage
je regardais le vent marin
pousser l'écume
et les petits nuages
qui prenaient lentement le chemin
de la montagne dans la brume.

Ils guidaient mes pensées
au loin, vers toi
et j'ai aimé partir avec eux
pour un voyage insensé
jusque sur ton toit
dans la Montagne du Milieu.

Shana et la foule (version 2)

L'expérience précédente du "sourire de Shana" m'a donné l'envie de revoir "Shana et la foule" en remplissant des zones unies avec des textures plus compliquées... Ainsi certains gris sont mixés avec une oeuvre de Pierre Soulages et le sac de Shana est coloré grâce à Jackson Pollock. Le cadrage est plus serré.
Une autre idée qui me plaît bien : les ombres de Shana seront bleues.


La version 1 est ci-dessous.

Le sourire de Shana

Toujours plus ou moins en phase d'exploration de mes outils de création DAZ Studio et Gimp mais aussi de mes personnages. Jusque-là Shana avait peu d'expression. Aujourd'hui elle sourit et de quelle manière ! C'est peut-être ça le secret de la transmission des couleurs... avec l'aide de Jackson Pollock quand même.

Mes fières amies (poème)

Dans mon enfer minéral et gris
j'ai retrouvé mes fières amies
elles m'ont pris dans leurs bras,
elles m'ont dit : "Ne pleure pas.

Nous ne savons rien de ton mal,
nous ignorons ce monde anormal,
mais nous sommes là, nous t'aimons
et nous allons vaincre tes démons."

Elles redoutaient de me voir dépérir...
Elles ne savaient pas me guérir
mais elles pouvaient me sauver.
Elles l'ont fait. Elles m'ont enlevé.


Cian aura souvent l'occasion de remercier ses amies, mentionnées dans le poème fondateur, qui le sauvent régulièrement de ses démons, chacune à sa manière.
Ce petit poème est illustré par une photographie du blog "Le nez en l'air" où l'on voit une petite plante d'un rouge profond bravant la rigueur d'un environnement hostile et sans couleur.

Shana 19 03 17

Par moment il est nécessaire de fixer son attention sur de belles choses pour tenter d'ignorer le reste, alors voilà un petit entraînement avec le personnage de Shana sous sa forme divine. Elle est magnifique.

Ce soleil me glace

Ce soleil me glace,
implacablement
me cloue sur place.

Pourquoi fuir
si la seule urgence
est d'en finir

avec cette explosion
froide et mortelle
pour seule émotion.


La petite feuille colorée (poème)

Je m'étais promené
sous un ciel strié
et un soleil fané.

Tu t'étais éloignée
peut-être contrariée
mais je t'ai retrouvée.

Tu étais allongée
au milieu du sentier,
toute colorée.

Je t'ai emportée
dans mon sac plus léger,
dans mon âme apaisée.

La déconnexion

Une image qui m'a traversé l'esprit hier (voir Déconnexion - projet) et il était plus qu'urgent de la mettre "au propre". C'est aussi à rapprocher de l'article "Comment les artistes représentent la dépression". Voilà.

La déconnexion.


Liberté sur parole (poème)

Il y a bien longtemps,
quand soudain son amant 
 m'a préféré loin d'eux,
elle a détourné les yeux.

Elle a eu un peu de remords,
mais... Elle était si jeune alors,
vivait sous influence, 
et subissait les conséquences.

Une éternité s'est écoulée,
la vie ne l'a pas épargnée.
Elle me dit y avoir gagné
indépendance et liberté.

Mais c'est un peu surveillé... 
Hier elle m'a demandé
de bien vouloir cacher
ce que j'avais dessiné,

A quoi bon ce visage (poème)

A quoi bon ce visage
si personne ne lui sourit,
pourquoi donner cette image
si personne ne la chérit.

A quoi servent tous ces mots,
cette pauvre espérance,
qu'aucun écho
ne récompense.

Le visage de Cian

Nous n'avions obtenu de Cian que quelques poèmes et une vue de dos, ce qui fait assez peu pour six mois d'exploration, mais une étape vient d'être franchie aujourd'hui puisque le personnage central a enfin un visage ! 

Il y aura probablement quelques adaptations et la couleur de la chevelure reste encore à travailler mais ce ne sont techniquement que des détails.


Jalousie (version originale)


Alors donc le revoilà,
le faux frère, faux ami,
mon intime ennemi,
disparu sans éclat.

L’obscur alchimiste
capable de transformer
la beauté en fumée
et de rendre l'amour triste,

La fable du prince amateur de musique

"...Donne à chaque musique le temps et l'espace qu'elle mérite."

Cian avait longuement discuté avec une amie du refus généralisé qu'on puisse être amoureux de plusieurs personnes à la fois. Il disait qu'il était issu de notre culture de l'amour unique, mais il convenait que c'était une situation compliquée et il était bien placé pour en parler.
Pour étayer son propos, et peut-être pour éclaircir ses propres idées, il inventa la fable du prince amateur de musique que voici :

Un jeune prince vivait dans un royaume où une seule musique était autorisée à la cour du roi, son père...
"... Il gelait à pierre fendre
et la pierre était mon cœur..."
Cian - Le Monde selon Cian

Shana affrontant les forces obscures


Cette vaste scène épique a été réalisée dans le cadre d'un petit concours mensuel organisé par un groupe Facebook nommé DAZ Studio Addicts et constitué, comme son nom l'indique, de fans de DAZ Studio Je me sers de ce logiciel de création de scène en 3D pour les personnages du Monde selon Cian. Le thème étant "dressed to kill" (habillé-e pour tuer) et le dézingage de bonhommes n'étant pas vraiment le sujet du monde de Cian, il m'a semblé plus intéressant d'exterminer des monstres mythiques, c'est moralement plus reposant.  

Comment les artistes représentent la dépression

Un jour, comme Cian souffrait d'une profonde dépression, sa femme Boann lui posa très gentiment et très sincèrement cette question : "Quand tu es en crise et que... tu songes à la mort, est-ce que l'idée que tes enfants et moi-même nous t'aimons n'est pas... suffisante pour repousser cette pensée ? Imagines-tu la peine que tu nous ferais si tu disparaissais ?"
Cian hésita longtemps avant de répondre calmement :

La tristesse enfin (poème)

La saveur du dégoût,
l'absence de tout,
le vide sans limite, absolu,
l'abandon total, si souvent prévu,
étaient soudain mon univers,
froid comme l'acier en hiver.

J'en connaissais déjà la sensation
et peut-être même les raisons.
Je les avais dix fois vécus,
Ils m'avaient dix fois vaincu.
Pourtant je restai sidéré
n'éprouvant que l'infini regret

Mon petit amour

Dis, toi, 
Mon petit amour de rien 
Mon petit amour de loin 
Sans lien 
Sans témoin,

Oui, toi, 
Si je pouvais te dire combien 
Te dire le besoin 
Le mal de chien 
Combien j'ai serré les poings...

Te dire que sans toi 
Je ne suis presque rien 
Juste un gosse mis au coin 
Qui voudrait être ton chien 
Qui voudrait au moins. ..

De toi 
Un signe, 
Un "c'est bien" 
Un "ne va pas trop loin" 
Trois fois rien 
Que tu dises ton besoin.

Laisse-moi 
Te dire le mien 
Mal, mais le dire au moins 
Mon petit amour de rien 
Mon petit amour de loin.

Demain j'arrête de t'aimer

Ma toubib m'a fait les gros yeux
Comme si j'faisais un truc honteux
Elle m'a regardé d'un air sérieux ...
Peut être un peu envieux...
Elle m'a dit que pour vivre vieux,
Tout arrêter, c'est mieux.

D'après elle, tu ne serais
Qu'une idole à dézinguer,
Une icône à dégommer,
Une bouée à crever,
Un mouchoir à jeter,
Un amour à enterrer.

T'es trop dangereuse, c'est prouvé,
Mauvaise pour ma santé.
Faut absolument que j'arrête toi
Et que j'boive de la Badoit.
Allez demain, promis, juré
J'arrête de t'aimer.

Nos enfants

Sur la toile
qui dévoile
et étale

Nos egos
en réseaux
un peu faux,

Je surprends
nos enfants,
éclatants,

Leurs selfies
comme défis
à la vie,

Leurs sourires
qui déchirent
l'avenir,

Fragile, une chanson inoubliable... afin ne pas oublier combien nous le sommes (Sting)

A l'occasion de la réouverture du Bataclan et en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, Sting, ex-leader du groupe Police, a repris Fragile de son répertoire, une assez ancienne chanson très poétique, douce et émouvante, parfaitement adaptée à la situation, qui évoque l'inutilité de la violence et la fragilité de la vie.

Ces idées simples et fortes suggèrent aussi de penser à tous ceux, "nés sous une mauvaise étoile", pour qui Noël n'est pas une fête, mais une journée de plus dans l'inhumanité. Et même si on a la chance d'échapper à ça, il est sans doute nécessaire de se rappeler "comme nous sommes fragiles" et de méditer les paroles de Mark Twain : "On n'a que le temps pour aimer et pas un instant de plus."


Voici les paroles de Fragile et leur traduction.

Première apparition de Shana : la vidéo

Après une très fugace apparition de Cian dans l'illustration du Loup des steppes, voici enfin une vision beaucoup plus précise de Shana, un des principaux personnages du Monde selon Cian. 

Shana tient un rôle capital dans l'histoire...

Attention ! Réalité tranchante... Faada Freddy : "Reality cuts me like a knife"

Il arrive dans le monde de Cian que la perception de la réalité soit si accentuée que chaque idée, chaque histoire, porte une émotion aussi coupante qu'un rasoir. Les larmes remplacent le sang.



C'est vers cet état d'extrême vulnérabilité que la voix envoûtante de Faada Freddy nous entraîne dans "Reality cuts me like a knife" (La réalité me blesse comme un couteau). Sous sa forme remixée, c'est un pur joyau.
A l'origine il s'agit d'un gospel qui évoque la difficulté de vivre, le doute, la cruauté de la réalité, la vanité de l'argent, mais aussi l'espoir de trouver la "vraie" réponse en soi-même. (les paroles et la traduction sont à la fin).


Waves (vagues) : Mr Probz et mes histoires d'eau

Faut-il toujours croire au hasard ? 
Il y a parfois des enchaînements assez étonnants et cette chanson de Mr Probz, Waves, qui me trottait dans la tête depuis un moment, fait étonnamment écho aux poèmes Le vent qui me pousse et Tout en haut où il est aussi question d'océan, de vagues et d'immersion. L'île du dédain de Souchon ne détonne pas non plus, bien sûr. Pourtant je peux vous dire que Cian n'aime pas l'eau.
Waves est beaucoup plus pessimiste que les poèmes mentionnés, il ne semble pas y avoir d'issue, en voici une traduction ci-dessous. Il dit qu'il ne trouve pas les mots justes à dire ("the right words to say") mais je pense qu'en l’occurrence il a tort. Ses mots et sa musique dans leur version originale sont justes.
Ecoutez la voix douce et chaude de Mr Probz et laissez-vous bercer. Recueillez cette musique. Fermez les yeux, écoutez.

Le monde selon Cian a sa chaîne Youtube !

C'est dans le titre, le monde selon Cian s'enrichit maintenant d'une chaîne Youtube dans laquelle vous retrouverez les vidéos réalisées sur ce thème mais aussi une playlist des chansons ou des bandes sonores qui auront posé leur empreinte dans cet univers. Abonnez-vous !

Première pose de Cian : la vidéo


Voici une très petite vidéo sympa qui résume la mise en oeuvre de DAZ Studio pour la toute première pose de Cian dans le cadre de l'illustration du loup des steppes et pour laquelle j'avais écrit un article.


J'aime bien la bande sonore trouvée par hasard dans les propositions de Youtube. Elle convient bien, légère au début, plus sombre et parfaitement synchro avec l'éclairage des spots à la fin. Le hasard fait décidément bien les choses.


Le vent qui me pousse

Toi, tu es le vent qui me pousse,
tu es ma tempête et ma frousse,
l'océan vert qui m'éclabousse,
les hautes vagues et leurs secousses.

Dessiner un personnage de BD quand on est nul : DAZ Studio

Malgré les apparences et un temps toujours trop insuffisant, je n'oublie pas que l'objectif est de créer un album comprenant des textes et des illustrations, parfois sous forme de bande dessinée. Je crois avoir trouvé la solution avec l'association DAZ Studio et Gimp. Aujourd'hui je vous explique comment je m'en suis sorti avec DAZ Studio, Gimp fera l'objet d'un article à part.

Le loup des steppes

Cian repense souvent au livre d'Hermann Hesse "Le loup des steppes". Jeune adulte, il s'est identifié au personnage principal, Harry Haller, pourtant beaucoup plus vieux, ayant l'impression de lui ressembler psychologiquement et surtout d'avoir toujours plus ou moins près de lui son propre loup de steppes qui l'observe et ricane.
D'où un poème logiquement intitulé "Le loup des steppes" tiré soit d'un mauvais rêve, soit d'une triste réalité, à vous de décider.

Il y a pire

L'île du dédain est une chanson d'Alain Souchon qui constitue un indice intéressant et amusant dans l'histoire de Cian et Shana. 
Alain Souchon est un auteur-compositeur-interprète précieux, attachant, qui délivre une poésie simple, intimiste et mélancolique, avec des mélodies douces mais captivantes. Son album La vie Théodore est un chef d'oeuvre.
Il a inspiré ce micro-poème "Il y a pire" qui lui rend un modeste hommage.

Tout en haut

Sans doute victime de la fameuse "effarante immédiateté du rejet", quelqu'un aurait écrit ce petit poème intitulé Tout en haut.

Tout en haut

Sur mon écran et l'appli Messenger,
Je te veux tout en haut de la liste.
Quand tu n'y es plus, que tu es ailleurs,
Je me dis qu'il faut que je résiste,
Et je te laisse couler comme un plongeur 
Mais c'est moi qui me noie, qui suis triste.

Quand tu remontes avec un message,
Comme une bulle d'air qui crève l'eau, 
Qui me ranime et me soulage,
Alors la mer est bleue, le ciel est beau,
Et l'appli Messenger me ménage,
Tu reprends ta vraie place, tout en haut.

L'effarante immédiateté du rejet

Dans Je vais mieux de David Foenkinos, on peut lire vers la fin du roman :

"(...) Je suis resté devant mon téléphone. Je ne pouvais plus rien faire d'autre. J'attendais qu'elle me réponde. J'ai maudit l'inventeur de cet objet; on pense que c'est une bénédiction moderne, mais c'est parfois un pur instrument de torture;

Le soleil ne s'était pas levé

Ce matin-là était arrivé
mais le soleil ne s'était pas levé.
Où était l'intention si élevée
dont Cian avait tant rêvé ?

En lui il n'avait rien retrouvé
qu'un esprit dénervé,
un cœur entravé,

des couleurs délavées,
un mensonge larvé,
un amour dépravé,

et le Monstre lové.

The falling man (l'homme qui tombe)

Hier on commémorait le quinzième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001. Ce jour-là, Richard Drew, un reporter photographe new-yorkais de l'Associated Press, prenait des clichés de tout ce qu'il voyait autour de lui, au plus près de l'impensable événement. Entre autres, il photographia en rafale la chute tournoyante d'un homme(*) du haut de la tour Nord des Twin Tours en feu...